Compagnie

Compagnie EliralE

Née de la volonté de Pantxika Telleria, chorégraphe native de Saint Jean de Luz, la Compagnie EliralE voit le jour en Mars 2001.

0001 est le 1er solo créé pour Amandine Mano, danseuse à l’Aterballetto et au Ballet de Lorraine. Son 2ème solo, Firua créé avec Célia Thomas est retenu en 1ère place dans la catégorie « jeunes chorégraphes » du Gouvernement basque pour l’année 2002. Cette même année, Pantxika Telleria répond à l’invitation de l’Ecole du Ballet National de Marseille-Pietragalla en créant Esquisse pour une vie, pièce chorégraphique
pour 15 danseurs. Cette dernière voit le jour en mai 2002 à l’Opéra de Marseille et est désormais inscrite au répertoire de l’école.

En juillet 2002, le festival de Carcassonne marque la révélation de la Compagnie EliralE. Le programme Eden composé des 3 pièces : Andante, Eden et Exquise exubérance y est présenté. Il est diffusé en août, septembre et octobre 2002 et notamment à Saint-Jean-de-Luz. Au fil des représentations en France comme en Espagne, mais également des ateliers de sensibilisation et des répétitions publiques, le public mais également la presse ont été des plus enthousiastes vis-à-vis du travail proposé par la chorégraphe.

L’année 2003, Pantxika revisite son langage gestuel en créant les pièces Hiruki et Lauki au festival le Temps d’Aimer de Biarritz. Tout en dirigeant la Compagnie, Pantxika assure les activités de terrain et notamment de sensibilisation en direction des enfants, des collégiens et des lycéens ou des danseurs du monde de la danse traditionnelle basque.

L’année 2004 marque un nouveau cycle dans la vie de la chorégraphe et de fait de la Compagnie. Devenue jeune mère, Pantxika ressent alors le besoin d’investir le monde de la création pour le jeune public : Kadira est ainsi créée en 2005.

Le solo 23 : 22 est créé en 2006 sous une forme expérimentale avec pour interprète Sébastien Bertaud, danseur de l’opéra de Paris. Ce travail constitue un axe nouveau pour la chorégraphe et influence Lodikroko –
pièce en direction de la petite enfance-et Pastiche-pièce pour neuf danseurs de plus de 50 ans et quinze musiciens. Ces deux pièces sont créées en 2007. Début 2009, Pantxika Telleria répond à l’invitation de Jon Maya et Soka est créée avec la Compagnie Kukai. En Mai de la même année, la Cie EliralE prend un nouveau départ puisque l’artistique et l’administratif s’installent à Ascain, à Jauregia, lieu aménagé pour la danse. En novembre 2009, la Compagnie, désormais soutenue financièrement par la Communauté de Communes Sud Pays Basque, réinvestit le monde de l’enfance en créant Otto. En 2010, une nouvelle collaboration avec Jon Maya débouche sur la création de Sok2, pièce pour 7 danseurs et 3 musiciens.

2011 voit la naissance de deux pièces chorégraphiques de Pantxika Telleria produites par la Compagnie Elirale : Ninika, pièce chorégraphique pour 3 danseurs en direction d’un jeune public à partir de 3 ans et Gorpitz, pièce pour la rue qui met en scène deux danseurs et un acteur sur une proposion musicale de death metal.
Cette même année, Pantxika Telleria signe la pièce Fight For Fandango, pour la Compagnie Kukai.

En 2012, la Compagnie EliralE, soutenue en accueil-studio par le CCN Malandain Ballet Biarritz signe H., pièce tout public créée le 15 septembre 2012 au Temps d’Aimer de Biarritz.

Une collaboration riche naît entre les Cies EliralE et Lagunarte. Ainsi, lorsqu’elle décide de réécrire Ka dira en 2013, c’est à Kristof Hiriart que Pantxika Telleria décide de confier l’écriture musicale.
Des plate-formes de recherche artistique se mettent en place et le projet commun 01 donne naissance à une création pour la rue, 01.01 qui sera
créé à l’Automne.
Cette année 2014 est par ailleurs marquée par l’Ecole du Spect’Acteur : le Corps en Jeu qui se met en place dans le cadre de la convention qui lie désormais l’Agglomération Sud Pays Basque et la Cie EliralE.

L’implantation de la Compagnie Elirale en résidence permanente à Larreko espace culture de la ville de St Pée sur Nivelle induit un nouvel élan. La Compagnie est désormais soutenue par conventionnement par l’Institut Culturel Basque et le Conseil départemental.
La recherche 01 permet de poser la syntaxe du système des Sauts et l’envie de créer avec ce matériel « syntaxique » est grande pour la chorégraphe. La Compagnie Elirale collabore donc avec les musiciens Arkaitz Miner et Jokin Irungaray pour créer en février 2016 Xihiko, pièce pour laquelle la Compagnie reçoit le soutien de la DRAC.
Satie-ka pièce créée en 2015 et Oa-huetak pièce qui a été créée en 2016 reçoivent toutes les deux le soutien de Mugalariak, processus de création en médiation de Donostia/San Sebastian, 2016, capitale européenne de la culture.
Dans le cadre de la formation des deux jeunes danseurs, Chloé Sindera et Oihan Indart, la chorégraphe Pantxika Telleria signe la chorégraphie de Bihotz2 pour ces deux interprètes. Bihotz2 sera une forme de 30 minutes pour la rue. L’écriture a pour point de départ la musicalité de La jeune fille et la mort de Frantz Schubert, Deuxième mouvement-Andante.
La Compagnie réouvre pour les trois années à venir un nouveau chantier ayant pour thème le Corps dansant en lien avec la notion de texte chorégraphique. A l’occasion, entourée de cinq interprètes et de Célia Thomas en collaboratrice artistique, Pantxika Telleria démarre un travail de création chorégraphique pour 2018 : Artha.

Pantxika Telleria, Chorégraphe 

Native de Saint Jean de Luz, Pantxika Telleria a été imprégnée, dès son plus jeune âge, du monde de la danse traditionnelle basque. Ensuite, elle se tourne vers la danse moderne jazz, puis vers la danse classique. En 1987, elle intègre le Conservatoire National Supérieur de Musique et Danse de Paris en classe de Melle Vaussard, Mrs Denard et Davesne. Une blessure au genou lui fait réintégrer le cursus des études classiques obtenant son baccalauréat en 1992. En 1994, elle obtient un DEUG en Lettres et Civilisations Espagnoles et Basques. Cependant, son désir de poursuivre sa vie professionnelle dans la danse est toujours vivace : elle obtient son Diplôme d’Etat de Professeur en Danse en juin 1996 au CAFEDEM de Bordeaux. En septembre de la même année, elle devient professeur à l’école des Ballets Gillet-Lipszyc à Biarritz. Pantxika Telleria n’oublie pas son attachement à la culture en général, et à celle du Pays Basque en particulier : elle propose des cours d’initiation à la danse en milieu scolaire dans les écoles en langue basque et s’implique dans le développement des danses traditionnelles en travaillant pour plusieurs associations. Elle s’intèresse aussi au monde de la communication en réalisant des chroniques de danse auprès de certains médias locaux (presse écrite, radio) et en intervenant régulièrement pour la télévision basque. Enfin, en juin 1998, Pantxika rejoint l’équipe de Biarritz Culture en tant qu’attachée aux relations avec le public. Le désir de chorégraphie la taraude depuis toute jeune. Elle lui donne corps en mars 2001 : la compagnie EliralE est officiellement créée.

0001 est le 1er solo créé pour Amandine Mano, danseuse à l’Aterballetto et au Ballet de Lorraine. Son 2ème solo Firua créé avec Célia Thomas est retenu en première place dans la catégorie jeunes chorégraphes du Gouvernement basque pour l’année 2002. Cette même année, Pantxika répond à l’invitation de l’Ecole du Ballet National de Marseille-Pietragalla en créant Esquisse pour une vie , pièce chorégraphique pour 15 danseurs. Cette dernière voit le jour en mai 2002 à l’Opéra de Marseille.

En juillet 2002, le festival de Carcassonne fait de la Compagnie Elirale sa révélation. Le programme Eden composé des 3 pièces : Andante, Eden et Exquise exubérance y est présenté. Il est diffusé  une dizaine de fois en août, septembre et octobre 2002.

L’année 2003, Pantxika revisite son langage gestuel en créant les pièces Hiruki et Lauki au festival le Temps d’Aimer de Biarritz. Ce spectacle est d’ailleurs coproduit par l’Institut Culturel Basque et Le CCN Ballet Biarritz, accueil studio 2003. Tout en dirigeant la Compagnie, Pantxika assure les activités de terrain et notamment de sensibilisation en direction des enfants, des  collégiens et  des lycéens ou des danseurs du monde de la danse traditionnelle basque. L’année 2003, le groupe de danse traditionnelle de Bassussarry encadré par la chorégraphe remporte d’ailleurs le premier prix du jury ainsi que le premier prix du public du Concours de création en danse organisé par EDB, la fédération de danse traditionnelle basque. L’année 2004, le fait de devenir mère l’incite à  investir le monde de la création pour le jeune public : Kadira, pièce pour deux interprètes, est créée en 2005. Le solo-performance 23 : 22 est créé en 2006 avec pour interprètes Sébastien Bertaud, danseur l’Opéra de Paris et Ion Alberdi, bassiste. Ce travail constitue un axe nouveau d’interrogation de espaces pour la chorégraphe et influence Lodikroko -pièce pour trois interprètes en direction de la petite enfance- et Pastiche -pièce pour neuf danseurs de plus de 50 ans et quinze musiciens. Ces deux pièces sont créées en 2007 soutenues par la CCSPB et immergent les interprètes dans le public pour mieux estimer les résonances corporelles avec notre quotidienneté.

En 2008, Pantxika répond à l’invitation de Jon Maya de la Compagnie Kukai basée en Guipuscoa pour un travail autour de la danse en chaîne et signe une pièce pour la rue : Soka, pièce pour 5 interprètes. Ce travail sera réinvesti en 2009 et verra la création à Bilbao de Sok2, pièce pour 7 interprètes et 3 musiciens. Au sein de la Compagnie Elirale, la chorégraphe continue d’interroger les espaces et les résonnances avec notre quotidienneté : Otto pièce pour 3 interprètes est ainsi créé en 2009 soutenue par la CCSPB. En 2011 toujours soutenue par la CCSPB, c’est Ninika pièce chorégraphique pour trois danseurs qui voit le jour aux côtes de Gorpitz1 pour laquelle Pantxika et les 4 interprètes travaillent avec un poète contemporain Mikel Ibarguren et Evilness, groupe de death metal toulousain.

Le volet diffusion commence à être important pour la Compagnie Elirale : Lodikroko est joué en 5 ans plus de 170 fois. Ninika en deux ans 90 fois.

La chorégraphe, en plus de travailler le volet de sensibilisation encadre cette diffusion.

Forte de dix années d’expérience dans le travail de création, Pantxika décide en 2012 de remettre à  plat son travail chorégraphique. Elle pressent un besoin d’intégrer la voix, la respiration des interprètes comme un prolongement du mouvement. En collaboration avec Kristof Hiriart chanteur, musicien elle interroge ce rapport voix, respiration, mouvement demandant à ses interprètes d’approfondir leur présence de danseur par leur présence sonore : H. pièce pour 4 interprètes est présentée au Temps d’Aimer de Biarritz soutenue en Accueil Studio par le Malandain Ballet Biarritz et l’Institut Culturel Basque. Cette même année 2012, elle répond à l’invitation de la Compagnie LagunArte en accompagnant Kristof Hiriart à créer Zun. En 2013, Pantxika décide de reprendre sa 1ère pièce jeune public, et Ka dira naît en novembre avec sur le plateau deux interprètes féminins. Elle poursuit son travail de recherche en dirigeant la Compagnie Elirale proposant en lien avec l’Agglomération Sud Pays Basque une Ecole du SpectActeur. Accompagnée de Jose Cazaubon, Arantxa Lannes, Célia Thomas, Aurélie Genoud, Jean-Christian Irigoyen, Maialen Maritxalar, Marion Morin tous chevilles-ouvrières de la Compagnie Elirale, elle interroge les phénomènes moteurs comme la marche la mettant en résonnance avec la danse populaire. Dans le cadre de ce chantier, 01.01 conférence dansée (partenariat Elirale-LagunArte) a vu le jour en 2014 et en 2015 c’est SATIE-ka qui voit le jour. Xihiko, création 2016 est l’aboutissement scénique de toute cette démarche de recherche en danse populaire et ceci en lien étroit avec Lionel Dubertrand, danseur populaire du Béarn, Célia Thomas, assistante chorégraphique et Laura Beurdeley, intervenante en méthode Feldenkrais TM.

Créations professionnelles.
2016 Xihiko et Oa-huetak (Elirale konpainia)
2015 Satie-ka (Elirale konpainia)
2014 01.01 (LagunArte eta Elirale konpainiak)
2013 Ka dira (Elirale konpainia)
2012 Zun (LagunArte konpainia)
2012 H. (Elirale konpainia)
2011 Ninika eta  Gorpitz (Elirale konpainia)
Fight for fandango (Kukai konpainia)
2010 Sok(2) (Kukai konpainia)
2009 Otto (Elirale konpainia)eta Soka (Kukai konpainia)
2007 Lodikroko (Elirale konpainia)
2006 23:22  (Elirale konpainia)
2005 Kadira (Elirale Konpainia)
2003 Hiruki-Lauki (Elirale konpainia)
2002 Andante (EliralE konpainia).
2002 Exquise exubérance (EliralE konpainia).
2002 Esquisse pour une vie
(Ecole du Ballet national de Marseille Marie-Claude Pietragalla.).
2002 Eden (EliralE konpainia).
2001 001 eta Firua (EliralE konpainia).
Créations antérieures
1997 Udaberriaren sakrea
1997 Erdi Guneak
     Ixtorio Mixtorio de Claude Iruretagioena (création de la partie contemporaine)
1996 Maldan gora 
1995 Errotaren barnean
Expérience professionnelle
1996-1999 Compagnie Maritzuli-Biarritz : Développement technique
1998-2006 Biarritz Culture Attachée aux relations avec le public.
1997- 2002 Formation des animateurs pour la Fédération de danse traditionnelle Basque
1996-2006 Professeur à l'Ecole des Ballets Gillet-Lipszyc à  Anglet et à  Biarritz